Information CFE CGC sur le Comité de pilotage du projet Aurore

L’avenir de l’usine est lié aux deux ateliers : la fabrication de membranes de cuissons et celle de l’atelier de calandrage.

Pour l’atelier de fabrication de membranes ( OCA) :

Pour le type de membranes de cuisson des pneus fabriqués à Tours, l’usine produit 40% de la production mondiale devant Pictou PPC aux USA (30%), le reste étant partagé entre l’Espagne et la Chine. C’est UJO qui produit le plus grand dimensionnel (300) loin devant l’Espagne (150).

Le principal  levier d’amélioration est de travailler sur la durée de vie afin d’effectuer un maximum de cuisson chez nos clients, de façon régulière. Les pistes sont donc sur la formulation des mélanges, la standardisation des presses, la respectabilité de nos procédés et l’optimisation de l’usage fait par nos client.

Pour l’atelier de fabrication calandrage ( ZP) :

L’Europe a 6 calandres mixtes (nappes avec fils textiles ou fils métalliques) dont 4 grosses unités à l’ouest : UJO Tours, BKR Allemagne, UES Espagne, Turin TST Italie (Montceau étant à part)

Contexte :

• Surcapacité globale de mélangeage et calandrage en Europe et particulièrement en France.
• Le coût de transport étant majeur sur ces produit, chacune a un rayon optimum de 500 km pour livrer ses clients.

Les 3 principaux clients de UJO sont CHO (49%), TRO (30%) et UFR (13%) et représentent environ 92% de la production de UJO.

Roanne (UFR) va stopper sa demande de tissus pour se concentrer sur les moyens C3M.

Dans l’éventualité d’un arrêt du Z à Troyes, les mélanges seraient à livrer depuis un autre site SF. Donc, si ce site dispose aussi d’une calandre, les coûts logistiques ainsi que le CRV seraient ainsi certainement optimisés. Or BKR répond à ce préalable et livre aussi TRO en BAZ et Single Wire (SW), tissus pour pneus nouvelle génération.

L’usine de Tours va donc perdre deux clients alors qu’elle est actuellement chargée à seulement 44 %.

L’équipe de direction souhaite être pro-active sur les solutions à proposer au national, puis à mettre en place.

Deux scénarii envisageables ont été présentés aux membres du comité de suivi. Chacun a des conséquences différentes :

Le scénario 2 semble être le plus pertinent pour l’ensemble des membres du Copil UJO.

 Il reste à construire avec les salariés  son organisation et les besoins en formations.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *