La CFE-CGC signe la RCC 2022

Lors du CSEC du 6/01/22, l’entreprise a présenté les derniers projets de compétitivité nécessitant une validation de la part des instances représentatives du personnel, il restait plusieurs projets sur l’établissement de Clermont et celui du site de Golbey.

La CFE-CGC se pose vraiment la question de la tournure des projets présentés. Au départ Simply était basé sur la simplification des processus du groupe.

Pour la CFE-CGC, la RCC2 s’apparente plus à des délocalisations et nous l’avons largement évoqué dans notre article « Money, money, Simply money ».

Nous ne pouvons que regretter le rythme impulsé par la direction pour passer le plus rapidement possible cette RCC2 : certains projets n’ont même pas été revus de façon détaillée en CSEC sous prétexte qu’ils avaient été vus en CSE local (les élus ne sont pas les mêmes).

Cette seconde RCC a permis aux négociateurs CFE-CGC de mettre en lumière des différences d’interprétation pour la prise en compte des primes dans le calcul des indemnités de rupture. L’entreprise s’est engagée à corriger tout « solde de tout compte erroné » y compris de manière rétroactive (si les primes n’ont pas été comptées dans un STC sur la RCC1. Si vous avez des doutes sur votre situation, y compris si vous avez déjà quitté l’entreprise en 2021, rapprochez-vous de la CFE-CGC). Si vous souhaitez quitter le groupe à l’occasion de la RCC2022, nous pouvons également répondre à toutes vos interrogations sur ces sujets.

La CFE-CGC a décidé de signer cet accord RCC, qui est la concrétisation pratique de ADAPT, au cours duquel la CFE-CGC a obtenu des conditions favorables pour les personnes qui partent, mais aussi, après plus de 10 ans de fins de non-recevoir, le rattrapage des médianes des « NRI » les plus décalés et l’amélioration des Benefits (PEE, CESU). Nous continuerons à défendre l’intérêt de l’ensemble des salariés lors des NAO qui s’ouvrent le 18 Janvier.

Pour les salariés intéressés par la mobilité externe, nous vous conseillons de prendre contact avec Randstad Risesmart /RH Partners, afin de présenter votre projet pour obtenir leur « avis favorable » le plus tôt possible.

En pratique, le calendrier prévoir la signature des organisations syndicales signataire avant le 15 Janvier. La DREETS (anciennement inspection du travail) dispose alors d’un délai de 15 jours pour valider l’accord. Elle peut le faire plus rapidement.

L’entreprise communiquera alors aux salariés sur la mesure de pré-retraite et les dates d’ouverture de la période de volontariat à la RCC2 (lien actif durant 7 jours) qui pourrait ainsi avoir lieu début février. L’entreprise appliquera alors un éventuel départage des dossiers. Chacun devra alors signer sa propre convention de départ, qui stipule notamment la date de départ réelle et le cas échéant, la date d’entrée en congé de mobilité.

Pour la pré-retraite, les premiers départs pourraient se concrétiser pour le 1/02 puisque les pré-engagements sont déjà clos depuis fin juillet.

Nous vous invitons à prendre contact avec nos élus CFE-CGC pour vous conseiller tout au long de ce processus.

La CFE-CGC regrette que les débats aient été menés dans un calendrier extrêmement contraint pour les élus, laissant assez peu de place aux débats de fond sur l’orientation que prend l’entreprise vers les pays à bas coûts. Nous avons demandé une vision plus long terme sur certains projets mais les intervenants n’avaient pas les réponses à ces questions légitimes.

Cette seconde RCC vise principalement le secteur tertiaire avec 469 suppressions de postes à Clermont (sur 598 au total en France), certaines liées à la simplification mais bien trop souvent liées à des délocalisations.

L’équipe de négociation CFE-CGC, le 7 janvier 2022.

2 réponses à “La CFE-CGC signe la RCC 2022”

  1. GARCIA dit :

    je ne comprend pas que lors des négociations vous n’avez pas défendue l’acquisition des supras pour toutes les pré-retraites qui sont devenue Michelin au même titre que le personnel
    qui sont michelin depuis le début de leurs carrière.

    • Laure TRINCAL dit :

      Bonjour Garcia,
      nous avons proposé beaucoup de mesures plus favorables aux futurs retraités que ce qui figure dans l’accord final. Nous avons également interpellé l’entreprise en comparant ce « plan de volontariat » au précédent. Nos demandes sur ces sujets ont été balayées d’un revers de main, l’argument de l’entreprise étant que les personnes concernées avaient, pour beaucoup, déjà confirmé qu’ils prendraient le plan, la défiscalisation de l’indemnité de départ suffisant à les motiver.
      Néanmoins, nous nous réjouissons que ce plan, contrairement au précédent, bénéficie à toutes les catégories de personnel : rappelons que les agent ont été exclus du plan précédent.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.