Le billet d’humeur du D.S.C. – Février 2024

Bienvenue dans votre Espace Adhérents !

Nous vous l’avons annoncé il-y-a quelques mois, notre volonté est de vous donner accès à des informations privilégiées. Vous êtes adhérents de la CFE-CGC ; vous nous soutenez et appréciez nos actions et notre communication. Vous pourrez désormais répondre aux éventuelles questionnements des salariés sur les sujets du moment ou sur le rôle que joue la CFE-CGC.

Je partagerai tous les mois les grands évènements de l’actualité du dialogue social, nos principales actions en cours, et des réflexions liées à la marche du Groupe, auxquelles seuls vous, adhérents de notre section syndicale, aurez accès.

La non-signature par la CFE-CGC de l’accord GEPP a sensiblement dérangé l’employeur. En effet, le premier syndicat chez Michelin, qui ne signe pas un tel accord, cela a de quoi laisser pensif … Nour Bouhassoun a essayé de nous amener à la table des discussions dans le cadre d’un GT qui reste à organiser (par les Relations Sociales). Le remplacement de Nour Bouhassoun par Victoire De Lajudie remettra-t-il en cause cette bonne intention. Quoiqu’il en soit nous restons ouverts au dialogue social. Les représentants de l’entreprise veulent-ils vraiment de la CFE-CGC autour de la table pour les challenger sur cette logique implacable : moins de pneus = moins d’usines = moins d’emplois ; après l’Allemagne et les US, à quand le tour de la France ?

Nous accompagnons de plus en plus de salariés ; il est clair que cette GEPP est une sous-RCC qui ne dit pas son nom. Le nombre croissant de collègues qui viennent vers nous pour demander de l’aide, un conseil ou une intervention, démontre l’inquiétude croissante au sein de l’entreprise. Si vous voyez autour de vous des personnes en détresse, prévenez-nous.

Des départs au sein de notre section… Celui de Fabienne Renard-Lafleur, un pilier de la section, l’une des plus anciennes adhérentes, et élue de longue date avec à son actif des centaines de salariés accompagnés et une sagesse dont nous avons tous bénéficié (moi le premier !) ; Floriand Filari, promu à de grandes responsabilités (il remplace son chef !), a dû démissionner de tous ses mandats ; Laure Trincal qui a choisi de retourner travailler dans l’entreprise dans d’autres fonctions. Nous sommes toujours heureux de voir que l’employeur sait reconnaitre la valeur des élus de la CFE-CGC en leur permettant de reprendre le cours de leur carrière ou en leur offrant des promotions bien méritées !

Une négociation en entraîne une autre ! Alors que celle sur le handicap nous a laissé un goût amer dans la bouche (que d’occasions ratées de permettre au Groupe de briller en faisant beaucoup mieux que le minimum légal…), la négociation des salaires dite NAO s’est bien passée grâce à une posture plus coopérative de tous les représentants de l’entreprise. Il reste cependant beaucoup à obtenir sur le plan matériel tant au niveau des salaires que des benefits ou des frais de déplacement…

Côté syndical, sachez que nous avons demandé la révision de l’accord « Nouvelle Dynamique de Dialogue Social ». L’accord actuel signé en octobre 2018 est dépassé sur beaucoup de points (nous en avons listé une petite vingtaine) ; les autres OS ont salué notre bon travail de préparation lors de la première réunion de travail avec l’entreprise qui traine un peu les pied pour apporter des réponses. Cet accord est essentiel pour structurer et ponctuer le dialogue social au sein de l’entreprise. Il est très important pour la protection de tous vos élus qui doivent être protégés pour pouvoir faire leur travail sans ambiguïté…

La presse s’est faite écho d’une enquête européenne portant sur une potentielle entente sur les prix entre des fabricants de pneumatiques perquisitionnés par les équipes antitrust. La loi européenne ne permet en effet par l’abus de position dominante ni les ententes visant à réduire ou conditionner la concurrence entre les acteurs sur le marché. Il ne nous revient pas de commenter cette situation si ce n’est en affirmant notre confiance dans la capacité de l’entreprise de démontrer l’absence de toute pratique délictueuse et de faire toute la lumière sur ces accusations dont elle est l’objet. Nous sommes tous partie intégrante de l’entreprise et nous devons veiller au maintien de sa bonne image. C’est aussi une question d’attractivité vers les talents à recruter et les investisseurs à rassurer.

La CFE CGC analyse de près les impacts de la stratégie que le Groupe déploie depuis plusieurs mois, avec moins de pneus, mais plus de pneus à plus forte valeur ajoutée, ainsi que le développement de nouveaux businesses source de création de valeur. La stratégie de la valeur impose par ailleurs que le Groupe répercute dans ses prix de vente la forte inflation des coûts, en particulier ceux de l’énergie.

A la tête d’une section dont nous pouvons être fiers, je porte ces combats avec une grande sérénité !

Réagissez à cette nouvelle rubrique ! Posez vos questions ! Communiquez vos commentaires !

Nous avons besoin de vous pour soutenir la parole de la CFE-CGC.

José Tarantini, Délégué Syndical Central

CFE-CGC Michelin

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *